•  

    Dernier souffle

     

     

     

     

     

    Un cri

     

    Si petit,

     

    Un soupir.

     

    A peine ,

     

    Une brise.

     

     

     

    Ici, dans ce lit,

     

    Trop grand, trop blanc,

     

    Un souffle,

     

    A peine, dans ses veines,

     

    Un peu de vie.

     

     

     

    En volutes légères,

     

    L'esprit s'enfuit,

     

    Dessinant un sillon dans le ciel,

     

    Tel l'avion qui se perd

     

    Vers un orient doré.

     

     

     

    Comme une aile suspendue

     

    Au-delà de la terre

     

    Dans l'insondable univers,

     

    L'esprit s'échappe.

     

     

     

    Sillon brumeux dans l'azur bleuté

     

    Qu'on ne peut suivre des yeux,

     

    L'esprit invisible

     

    Pour toute éternité,

     

    Parcourt les cieux.

     

     

     

     

     

    La poésie de Geneviève

     

    17 Février 2017

     


    votre commentaire
  •  

    Chagrin d'amour dure toute la vie

     

     

     

    Le sang séché a fermé laplaie,

     

    La blessure est fermée,

     

    Nulle douleur pour raviver la peine.

     

     

     

    Reste une cicatrice, à peinevisible,

     

    Rappel constant et pour toujours

     

    D'un vrai chagrin d'amour ;

     

     

     

    Reste une cicatrice toute blanche,

     

    Sourire ironique

     

    Pour qui voudrait oublier.

     


    1 commentaire
  •  

    Remédier les médias : vœux pour 2017

     

     

     

     

     

    Pour l'année qui s'avance à grands pas,

     

    Je forme les voeux des plus sincères et des plus réalisables :

     

    Qu'en ouvrant les journaux, je ne lise plus de mensonges dictés

     

    Par les doctrines, par les systèmes ou par l'hypocrisie ;

     

    Qu'en feuilletant les hebdos, je n'y relève aucune faute d'orthographe ;

     

    Qu'en cherchant le film du soir, je trouve autre chose que des policiers ;

     

    Que, voulant me distraire avec une émission de variété,

     

    Je n'entende plus aucun mot grossier,

     

    Que la publicité ne m'impose ni enfants insolents,

     

    Ni filles impudiques ressemblant à des filles publiques ;

     

    Que la radio m'apprenne ce qui se passe au-delà des frontières ;

     

    Que les présentateurs cessent de se comporter en ados ;

     

    Que les entretiens avec les politiques restent audibles,

     

    Malgré la logorrhée des journalistes ;

     

    Que la langue française et les règles qui organisent la pensée

     

    Soient utilisées par ces chers médias

     

    Toute l'année et en priorité.

     

    Bonne année 2017 !

     

     

     

    Geneviève Comte

     

    La poésie de Geneviève

     

    31 décembre 2016

     


    votre commentaire
  •  

    Séance de nu

     

     

     

    Son visage est lisse, ses grands yeux étirés,

     

    Le front serein, la bouche rosée .

     

     

     

    Les lèvres soigneusement sont ourlées.

     

    Elle a peint ses ongles roses,

     

    Et teint ses cheveux en un roux flamboyant.

     

     

     

    C'est un modèle, elle pose pour les peintres,

     

    Immobile, hiératique, appliquée dans la statuaire de marbre.

     

    Ne fléchissent même pas ses longs cils recourbés,

     

    Malgré la longueur des poses et la chaleur de l'atelier.

     

     

     

    Elle a mis tant d'énergie pour être fraîche et jolie,

     

    Tant d'énergie pour mettre dans son sac, une fois encore,

     

    Une fois encore, une fois encore,

     

    Le chèque qui la fera vivre,

     

    Vivre et et payer son loyer.

     

     

     

    Mes yeux se plissent, mon bras se tend

     

    Pour délimiter longueur, largeur

     

    Et proportions du corps que je dois dessiner.

     

     

     

    Le dos tout d'abord,

     

    Et la colonne vertébrale noueuse, arquée

     

    Comme une corde épaisse

     

    Sans parvenir à soutenir les épaules affaissées :

     

    Non, je ne dessinerai pas les arêtes de son dos

     

    Où les chairs se sont effondrées.

     

     

     

    La peau mal irriguée des jambes aux proportions parfaites

     

    Se brouillent de minces filets de veinules grisées.

     

    Les pieds sont alourdis de lacets bleutés.

     

     

     

    De son ventre plat, elle doit être fière,

     

    Mais la peau se plisse

     

    Comme la peau d'une pomme sèche,

     

    Sur le nombril horizontal.

     

     

     

     

     

    Sous le menton qu'un habile chirurgien a creusé,

     

    Le cou se gonfle.

     

    Les muscles de ses bras minces glissent et tombent

     

    En épais drapeaux,

     

     

     

    Et les seins chiffonnés se rétractent comme des figues d'automne.

     

     

     

    Un peu fripée,

     

    Un peu cabossée,

     

    Elle pose, courageuse, obstinée, sans bouger.

     

    C'est un modèle vivant.

     

     

     

    La vie est inscrite sur sa peau,sur son squelette, sur ses muscles.

     

    Elle pose pour les peintres, indifférente à nos regards appliqués

     

    Qui vont traduire sur le papier son corps nu :

     

     

     

    Elle pose pour nous,

     

    Elle pose bien,

     

    Elle est belle.

     

     

     

     

     

    La poésie de Geneviève

     

    Novembre 2016

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Les yeux ouverts sur le danger

    Qui se dessine et se discerne,

    Quand les infos jettent l'esprit

    Dans un abîme de chemin sans lumière,

    L'esprit contre la bêtise et la peur

    Porte l'armure blanche

    Et les ailes de l'archange Saint-Michel.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique